DES ESS POIRE

Errance pitoyable
Désert bandé de ma sécheresse
spirale érodée
Quête erronée
Tête première sur un mirage
Chimère olympique
Nose to nose avec la désolation
D'un quelconque des tin hubride
Foétus stagnant
Vierge de son sang.
Innavigable...
En finir, une avenue anecdotique
Mes pied sont déjà en chemin
Ma tête, seule restée coincée
À un absurde utopie d'espoir
Image de liberté fluide
Débarrassée de mon corps trop lourd
Éther
Hallucination purulente
Hystèrie dévorante
Pus envie de marcher
Pus envie d'me masquer
Espoirs s'effondrant sur mon aspiration d'être.
Dévastant courage et force
Pourquoi subsister?
Démense sans rancune;
caricature sans aucune
"No uhere club"
La bouche emplie de son sable
Dés Séchés et re-sécher
gorgée de cette connerie de sable.


HIGH DON'T KNOW

Passer une certaine altitude
Il est difficile à l'humain
De demeurer intègre et organisé.

On entend cette lassitude
Les animés et dans leur main
On ne reconnaît plus leur poignée.

Comme
La perte parole du milieu étudiant
Devant le premier ministre et sa milice.

De verboyante son attitude
Devient timorée et secrète
Le claquant de ses lunettes fumées
S'évapore

Demandant à demi-voix
La redette du bonheur
Le malheur lui beurre de peanut

Elle la love contre son palais
Et se tait.

Marc Masson
Édition parallèle
? Pas de coordonnée ?

LES TEINS

Je crois en d'yeux
La paire toute puissante
Essaim d'esprit
À cette sainte église
À la communion des seins
Pour élever les levis
Gros
Des vits éternels

Je croît en d'yeux
La paire toute puissante
Créature au centre du coraux
De turquoise et d'émeraude
Du sombre canal où son rien rôde.

Et même quand je ne suis pas là devant toi
Idéalement je ne devrais jamais être là
C'est de trop

Je suis pénétré de ton regard...

Tes yeux
Ils me tiennent
Vert bleus
À l'envers

Portée par ici
Tu es partout
Comme le silence au couvent
Je pense à toi très souvent.

Marc Masson
Édition parallèle
? Pas de coordonnée ?


Page précédente Accueil Page suivante