BOUCHE VAGINAL

Sniffer l'aurore boréale
Comme la bique qui jouait
Du crystal
Sur le piano sous terre
La cale d'une sécheresse
Qui s'enfuit sous le Tiers Monde
Bien en vue des viscères de béton.
Arracher à l'aube ses tripes noircies
Par le jugement de milliers de mondes...
Le jugement d'une pute
Qui fait la rue des mille-pattes
La tanière qui s'ouvre
Et voilà que sésame s'est suicidé
A la perte des vues de bronze
Parmi les vies qui défilent
Mais restent muettes
estompées comme
Le pinceau de Van Gogh
Qui s'effrite
Poudre de billets
Et banquiers qui pleurent
Sur la tombe d'un jeune.
S'élanceant dans ta fleur
Il orgasme tes entrailles
En attendant que tu lui fasses
Réellement l'amour.
Mes trous qui giclent la bienséance

D'une nation
Je et m'oublie
Mais connais bien la profondeur
D'un iris.
Quand les lauréats sont vaincus
C'est le signe d'une jeunessequi rit
Mais qui se roule dans l'émoi
Des vieux prosternant leurs
Cheveux devant l'érubescente
Voix d'une bouche d'égout.
Ô magnificence
Tintement d'un téléphone
Qui chante beethoven plastifié
Mal conservé dans le formol
Passé date
Sans que personne n'ait compris
Que son propre monde
Résonne comme un égocentrique
Empirique
cahier d'exercice.



Sammy Gatlmm




CHANSON INTERNE

Rire, trahison, meurtre...
Odeur de fleur intraveineuse.
Je hurlerai!
Je hurlerai jusqu'a l'extinction de voix,
De voies disciplinaire ombilicales.
Qui sont pendues à mon coup.
Dans les regards de sexe irresponsable,
Il y a toujours l'oeil du vautour amour.
Qui te voit avec dérision violente.
D'un principe à établir,
Par circoncision anale.
Vomir l'ultime route désorganisée,
Dans le lait maternel.
Sera mon emploi du jour...

Frank Laliberté


Page précédente Accueil Page suivante