AU DELÀ DU RÉEL

Dans chaise barcante, ben au chaud su'l'bord du poèle noir,
À soir l'poigne 'é grimoirs pour t'faire voir,
Pour t'faire revivre la mémoire dé grands bout' de notre histoire
Entrecoupée d'faits divers enfirwoppé d'accraires.
J'remonte le temps comme on r'monte une horloge grand-père
Pour garder ben en vie not'tradition qui s'perd
À chaque fois qui a un ainé qui part pou'l'eimetière,
Àchaque fois qu'disparaissent les ceuzes qui étaient là hier.
Ça fait un boutts on en perd en ciboire,
Pas d'raquettes din tempêtes à pu rien voir,
Toé maudites tentatives d'retouver not' ch'min foir.
Tires-toé une bûche mon homme à soir, mets-toé à l'aise, prends-toé une
On va se parler entre nous-autres pis va baisser'é lumimières.
laisses-toé m'ner par vent pis'évagues ed mes histoires,
Par mon flot comme un draver su' une bûche dans une rivières.

seba273@sympatico.ca









Chanter l'amour permet de ne pas
mourrir de la vérité.Seulement voilà:
Je veux que mon amour soit
un chose concrète.
Je veux arracher au monde
ce qu'il ya de plus beau
pour te l'offrir:
Un grand lys blanc,
un petit canard en caoutchouc
pour le bain,
une vache à lait
des yeux si doux,si doux,
un aquarium plein de grenouilles
aux cheveux blonds,
une orange bleue,
un défilé de militaires
en dessous roses,
un couple de limaçon albinos,
un rubis des indes
dans un écrin en peau de dynosaure,
un concert d'ogre,
de célesta et de de casseroles
au milieu de l'atlantique,
une tétine au goût framboise,
une nusery de crevettes et de langoustines
des aiguilles à tricotter le temps,
un enfant perdu,
une kalachnikov
et un fulil mitrailleur en carton,
ma cervelle
cuite avec du beurre et du persil
un autorisation officielle
pour pisser du au de là!
Tout Eiffel,
un château en Espagne
fait nougat blanc,
avec des tourelles en pâte d'amende,
une plaquettte d'anticulpabilisants,
des poucles d'oreilles en neuroptique,
une crise de berfs,
une robe de brouillard
et un chapeau de puie,
la sainte Bible écrie en néon
sur les murs de Beyrouth,
un désir inavouable
dans une valise à double fond,
un pinceau en poils de sirène,
un séjour dans le coma
sous haute surveillance médicale,
un petit lac en forme de coeur
dans le désert de gobi,
un chèque de 3 500 000 baisers
(tendres, affectueux, afamés,
enflammés mes polis),
une croisière dans le ventre
d'une baleine à bosse,
un clair de lune sur neige,
une fourrure vivante,
doublée de sang chaud,
un petit harem composée
d'une jeune fille à petits seins timides,
une psychanalyste parisienne,
une afgane portant
tchador et percing érotique,
une hollandaise blonde,
grasse et douce commme un morceau
de beurre
une poètesse appatride,
une martyre de média,
une avocate aux cheuveux bleu
une prix nombel
de la paix, une femme libre,
et une madone qui clignote la nuit.
Et puis je t'offrirais encore:
une perfusion!
De bonheur et grenadine,
un sourire poilu...
un jésus en nougatine,
un ami et puis:
des ailes




RAYONNEMENT DES
CORPS NOIRS
(extraits)

Un matin l'enfant rebli ses genoux
compte ses égratignures et songe
aux codes secrets des rougeurs
il y a dans ses griffures un labyrinthe
des siècles et quelques poèmes
rien de grave il y a surtout des formules
scalènes équatoriales tracées dans la vase
pour être sûr qu'il ne fera rien
qu'il sera grand et inutile surtout
pour être dangereux comme son père
il épingle des ailes sur la ville
et fait semblant de jouir quand
ses ongles atteignent les tripes

tout ça pour ne plus écrire
les yeux pleins de sable les doigts
plantés dans le limon humide moi
je regarde souffrir les enfants
que j'ai plantés là entre deux arbres
deux mères comprends bien que je ne parle plus
pour les morts mais sous le corps
laineux d'un monstre immuable




Il faut être noir pour parler du genre humain
noir et empesé comme un un verbe
tu prononces des mots louches je t'aime



et si on arrêtait d'écrire?


SOUMISSION D'ALCOOLIQUE

Nager dans le rêve d'un monde meilleur
d'on jamais le nuage se dissible
par les naseaux de bêtes féroses qui me crachent de fausse vérité au visage
prend moi par la conscience

Secher les larmes du désert
demain est un jour meilleur
mais aujourd'hui
n'est pas différent d'hier
la corde est toujours attaché au plafond
prend moi par les sentiments

combatre la mort avec une bouteille de Vodka
déjà échapée a moitié pleine
s'enfarger le trotoir
en pleine face
pour se lancer au frond d'un mur
prend moi à mort



Page précédente Accueil Page suivante