POURQUOI LA NUIT

La vie s'enfuit...
C'est qu'elle ne peux plus m'endurer,
donc, elle s'enfuit, durant la nuit...
Pendant ce temps, vienant ce temps, vient la folie,
la folie qui nous mène.Folie qui régne...
C'est ainsi la nuit , pour tout ceux
qui ne peuvent s'endormir...
C'est la veille éternelle...
Au bord du gouffre des des ténèbres...
Et si ils s'endorment ,ils y tombent...
Après la chute, il n'y a plus rien,
aprèrs la chute ,c'est simplement la fin...

24 décembre 2000

C'EST QUOI LA PATIENCE LAURENCE...
ATTENDRE...ANTTENDRE...ATTENDRE!!!

Ce soir
Tu m'as laissé toute seul seule
Compter les longues heures
Sur les secondes atrophiés
Du grand cadran Export'A
Les aiguilles ont tourné vers l'enfer
Sr sont enfilées vers l'arrière
Car j'ai attendu si longtemps
que le chat de ta mère
A usé toutes ses griffes
Sur les fleurs du sofa
Car j'ai attendu si longtemps
Que dans notre chambre
La tapisserie à fini par fendre
Car j'ai attendu si longtemps
Que le vieil homme d'en bas
Est mort trois fois,
D'une overdose
Du diabète,
D'une crise de foie
Et que lorsqu'il est arrivé aux cieux
Après avoir attendu si longtemps
Dieu s'était rongé les ongles jusqu'au sang





CHRONIQUE CULIBRAIRE
STEAK HACHÉ POUR SANG CHAUD

Aux faiseurs de vers et aux Sancho la liberté.

1) Jouez votre rôle nutritif, respiratoire, régulateur et de
défense de l'organisme dans les méandres de la littérature.

2) Circulez par les artères de la ville vos globilines
séditions et criez à travers vos veines les plaquettes du
donquichottisme dans le sérum toile du plasma de la poèsie.

3) Soyez sans prise, sans analyse, sans contamination, soyez
des animaux à sang chaud, stable, hachez la viande des
sangsues et sang de navet à températue variable.

4) ''bon sang ne saurait mentir!''!* Bleus, blancs rouges,
noirs, mêlés ou purs, vos liens sanguins crient et abreuvent
nos sillons, versent pour la patrie des opprimés et des
marginaux comme villon, un chant de justice libertaire qui
fouette la créatine à la sanguine nos règles mensuelles.

5) Sans carnage ni massacre, faites la mancha et laissez
couler avec effusion votre sanglant message, sanglez dans
les sanglots ceux qui auraient besoin d'un garrot. L'arrêt de
leurs caillots provoquera pour le de tous une
hémostasie spontanée dans un bain d'humeur qui
commande les passions.

''Tiens voilà du boudin, faut que ça saigne''*Offrez-vous
une sanguinaire sangria payée avec les soutras de votre courage.


. en direct du Hachoir, le 24 janvier 2002.
*Anatole France/*Boris Vian.


Page précédente Accueil Page suivante