Exorcisme de style

Y a une laveuse qui spinne dans les têtes
et y a une sécheuse dans mon coeur

En public je sais
laver son linge sage

J'ai pas peur de ne pas payer
mes fractures de dettes
envers la satiété

Écrivain en merde
gagniez le prix poubelle
de la lettre en rature
si ça vous excitent

Moi je marche sur
le prix du gouverneur général
avec mes godasses
et mes volte-faces

J'emmerde l'ISBN
la poèsie
c'est mon système d'auto-dépense
Un point
c'est fou.


fwanckred@hotmail.com

EN VIVRE

À celui qui m'en vie
via son jetant vit
puisque de rien j'en vis
les couleurs; des nouvelles
en sortant mon envie
pour toutes choses belles.

Qu'ils s'agisse d'un amour ou de vice
L'envie crachée en fond de la matrice
Colorée fade qui fleurit
Donne, plus qu'un rien, des fruits
Amers et sucrés; qui pleur-rit

Con-pro-mètre de la chaire
Pleine de nerfs
Qu'avec même les prières
Partira
À cou de fusil
Finir
Aux flammes de l'enfer

ÉDITION PARALLÈLE






Brumeuse matinée des morts
Il n'y a rien de L'autre bord
Il y a l'éternité
L'habillée de fini
L'immobile habité.

Et on en a pas l'impression qu'on vit... dans ça
Les théories rétroactives, les projectives...
Qu'on ne vit pas
On en a pas l'impression

Dieu...Dieu que nous sommes petits
N'est-ce pas, l'outarde?

ÉDITION PARALLÈLE







*

Comme te dire mon amour?
Ce n'est pas assez de chanter,
je veux que mon amour soit quelque chose de concret,
je veux arracher au monde ce qu'il y a de plus beau pour te l'offrir:
-un grand lys blanc,
-un petit canard en caoutchou pour le bain,
-une vache à lait avec des yeux si doux, si doux,
-un aquarium plein de serpents et de grenouilles,
-une orange amère,
-un défilé de militaires en petits dessous roses,
-un sac de rires et de larmes chaudes,
-un couple de limaçons albinos,
-un rudis des Indes dans un écrin en peau de dinosaure,
-un concert d'orgue, de célestas et de casseroles au milieu de l'Atlantique,
-une tétine au goût de framboise,
-une nursery de crevettes et de langoustines,
-des aiguilles à tricoter le temps
-un enfant battu,
-une Kalachnikov et un fusil mitrailleur en carton,
-ma cervelle cuite avec du beurre et du persil,
-une autorisation pour pisser du haut de la tour Eiffel,
-un château en Espagne fait de nougat blanc,
-une plaquette d'anticulpabilisant,
-des boucles d'oreilles en neuroleptiques,
-une crise de nerf,
-une robe de brouillard et un chapeau de neige,
-la bible écrite en néon sur les mur de Beyrouth,
-un désir inavouable dans une valise à double fond,
-un pinceau en poils de sirène,
-une cage pour te mettre dedans et te regarder pleurer,
-un séjour dans le coma sous haute surveillance médicale,
-un petit lac en forme de coeur dans le désert de Godi,
-un chèque de 3 500 000 baisers
(tendres, affectueux, affamée, enflammés et polis),
-une croisière dans le ventre d'une baleine à bosse,
-un clair de lune sur la neige,
-une fourrure vivante doublée de sang chaud,
-un petit harem composé d'un couple d'odalisques,
et d'une poètesse apatride
-une perfusion de bonheur et de grenadine,
-un sourire poilu et un petit Jésus en nougatine verte,
-des ailes.

*

Tu es un homme tellement propre et bien rangé,
délicat et précieux comme une porcelaine,
que j'aimerais un jour débarquer chez toi,
et, tel un cochon, ivre de désir, tout casser.

TIRÉ DE (LE COEUR KETCHUP)


adrognon@yahoo.com

Page précédente Accueil Page suivante