Sombre neige

Acerbe et blanche neige à l'âme
Pourtant si naive et cruelle
Ton cortège
Condamne l'innocence mortelle
Enivré et bercé par tes illusoires flocons
Acumulé à la provisoire médication
Pas même le sang de toutes tes victimes
Sur toi ne déteind
Diadème insolent opaline
Tu t'en laves les mains
Pauvre maman si indigne soit-elle
Tous mourrants sous ton ailes
Aires s'être gavé de ton sein
Moi qui déteste la froidure
De la tempête que tu gonfles
De l'orgueuil de tes éphémères trophées
Je prise l'intigeste mixture
À ma O tête elle monte
Et en mène vers le bras de morphée.




DERNIER TANGO

Corrompre le droit, étouffer la foi
Dévier la loi, écrasser les croix
Poursuivre la lutte, glorifier les putes
Agir comme une brute, accélérer les chutes
Soumettre les forts, redresser les torts
Dévorer les morts, égorger des porcs
Dénouer des liens, empoisonner le vin
Saccager des seins, Lapider des chiens
Salire des ordures, oser la torture
Laiser la verture, recouvrir les murs
Casser le béton, saboter les ponts
Insérer du plomb dans le cerveau des cochons
S'allier les oiseaux, ferrer ses sabots
Gloire à l'animal pour le bien du mal
Faucons, vautours, crocodiles, chacals
Des insurrections dans toutes les maisons
Désordre, délire dans toutes les raisons
Panique, panic, dans les endroits publics
(Panik, Zeitbombe, Gemetzel, Entsetzen)
L'horloge des bombes émet un dernier clic
Dernier tango dans la cellule zéro
Un prisonnier vient de dire son dernier mot.

DIFFÉRENCE

Nous sommes à la fois
Semblables et différents
De chacun de nous
Mais lorsque viendra
Le temps de nous unir
Nous aurons alors
Qui nous sommes vraiment
Et jusqu'à quel point
Nous sommes différents
Les uns des autres

Nous sommes des êtres à part
Qui ne demandent qu'à être aimés
Par quelqu'un d'aussi semblable
Et à la fois
Aussi différents de nous
Mais lorsque le jour viendra
Nous pourrons enfin tout savoir...


Page précédente Accueil Page suivante