LÉO

(La mort voudra pas
de nous pour colocs)
à Frank, le chardon ardent

Je t'aime
De cette amour
de deux hommes qui s'aiment
& unis dans l'amour
du même objet

Je t'aime
Comme j'aime le vin riche,
rouge & bouillant
Sanguin
Comme les orgasmes avec ferré
Quand espoir & désespoir
sont une même étrinte
& ses larmes
& son Espagne chimérique
& sa jeunesse dix fois millénaire

RENDEZ-VOUS
À AUSCHWITZ

À Guy Flokon,
l'homme-chien,
homologue de Diogène
(mais en plus con un peu)

Chaque volée que tu manges
est pour toi un Victoire

Mais le compte
des points de suture...

Se fait aussi sur le bras
de (notre idéal libertaire)
& l'amère ironie se fait sentir
par delà ton sourire
de cendre & de sang

Tu fais tomber au moins
deux masques à chaque coup
de ta langue de hache
:Le tien & d'autres.
À quel prix!
Tes os savent
Connaissent trop bien
le rire brutal & facile
de la connerie triompante

& ce qui est le plus épeurant:
Plus ils sont cons,
moins tu les crains
Allez, rendez-vous
chez les fous ou à Auschwitz
Au cimetière
des humains libre


Page précédente Accueil Page suivante