CADAVREHUSKY
DIANOVA

Sous un soleil endormi
Je parle avec un poison
Pris du cancer du poumons
Plein d'air noirceur
Toxique attendait
Dans mes jardin noires
Natt utan en hatt,
jag ser en katt,
jag ar matt stood up,
The look on his face was
One of agony is the pain
I feel when i'm alone,
alone by my-self,
pour moi-même.
Tu es seul en naissant,
tu es seul en mourrant,
Pourtant
tellement dépendant.
Dépend de l'autre
partie de nous
Qui elle est
toujours accompagner(together)
La brise chaude du vent
Dans tes voiles perdues
De vide je pêche
Des guelantes à saveur
D'usine de mon pays
Avec corps et âmes
batient un pays.
De vos sueur
Jusqu'au lueurs du matin,
Sans regrets,
Vous n'aviez que le souhait
Que vos enfants
N'auraient que pour futur,
Une ouverture à la vie
Plus docile et facile
Tu dit que c'est impossible
De nuire les rêve
Encore un de c'est Matador
De nuit heureuse
Lag vi dar,
Nakna, svettiga,
Tiden stod still
Still if everything was
Still nobody feel the pain
Of heal everybody cold
Stay still witout
Going to another skill


(Juin 2003)

All in state of surconscience
being here will be
the own inspiration
we'll grasp pleasure
through all beings

We lie our minds
in a haven of peace

Enjoying pleasure
in a new mother
enjoying life
in a following birth

In the gladness of the palace
lying nudes
enthusing the mood
laughters enrapture
in a sensorial delirium

We treasure
the remembrance
of the ancients
we share love
and leap to another conscience

NÉVROSE

Lumière de lune
cajolant mon iris,
Ton ivoire éthéré
aussi blanc blanc que le lys
Fait écumer chez-moi
quelque profond délire
Que j'ai peine à calmer
même au son de ma lyre.

Ta beauté si hautaine
au dessus des grand ifs,
Accable tout mes sens
de penchants excessifs;
Sentant le dard affreux
de tes beaux sortilèges
Je me met à rêver
des rêve sacrilège.

Ô vaisseau de la nuit,
où transitent les mort
Dans l'attente sinistre
où l'on tire leur sort
Ta vertu est maligne
et ta beauté fatale.

-Ô mortel insensé,
je ne suis qu'un miroir
Ou tes songes mauvais
trouvent leur dévidoir:
Très saint est l'univers
et ma beauté lustrale.


Page précédente Accueil Page suivante